Archives par mot-clé : lumière



La Lumière de Béthléem

Présentation de la Lumière de Bethléem, son arrivée à Roden (Allemagne) et comment elle est amenée à Bouzonville (France) au cours de la messe. Office célébré par le Père Robert GURTNER.
www.mission-web.com/radio.php

LUMIERE DE BETHLEEM

Un peu d’histoire : en 1985, une radio autrichienne a pris l’initiative d’aller chercher une flamme allumée dans la grotte de la nativité à Bethléem et de la ramener en Autriche où elle est distribuée en signe de paix à l’ensemble de la population. Cette initiative est relayée par de nombreuses personnes, dont des scouts autrichiens ; qui depuis plus de 20 ans la distribuent le 3ème dimanche de l’avent . c’est un enfant autrichien qui va allumer chaque année une lampe dans la grotte de la Nativité, la lumière est alors ramenée à Vienne par avion.

En 2003, les scouts de France décident de rejoindre cette grande chaîne qui se répand dans toute l’Europe ; c’est ainsi que dans de nombreuses paroisses et diocèses on accueille cette lumière qui est offerte entre voisins, dans les hôpitaux, les prisons, les maisons de retraite, croyants d’autres confessions religieuses….

Chaque année, le troisième dimanche de l’avent, la distribution a lieu à Vienne et cette année cela se fera dans une petite église orthodoxe serbe.

En ce qui concerne nos communautés de paroisses, des confirmands et des enfants de l’ ACE, iront la chercher le dimanche 16 décembre à Roden en Allemagne, et la ramèneront pendant la messe de 10H30 à Bouzonville où elle sera transmise à l’assemblée et aux représentants des différentes communautés de paroisses. Les enfants et les jeunes auront le souci particulier de l’offrir à une personne seule, un papy ou une mamie, signe de transmission.

Quel sens donne –t-on à cette lumière ?

Elle est distribuée en signe d’espérance de paix pour la terre sainte.
Elle nous dit que la lumière n’a pas été laissée sous le boisseau, elle est invitation à partager, appel à l’espérance , à la joie. Cette lumière est aussi feu, feu qui nous protège, nous réchauffe, nous rassure, rapproche les hommes dans la parole et l’échange.

Dans notre monde où l’avenir n’est plus ni un rêve, ni un avenir tout tracé, être porteur de paix et d’espérance est un acte un peu fou. Mais allumer une lumière est aussi un geste d’une simplicité enfantine alors ….allions un grain de folie et une dose d’enfance, osons recueillir, transmettre, et offrir la lumière de Bethléem. Comme un feu qui réchauffe, une lumière dans nos nuits, une lampe allumée aux fenêtres de nos vies.

Vous les jeunes, les enfants, vous êtes invités à offrir cette lumière autour de vous bien sûr, mais plus particulièrement à une mamie, un papy, une personne de la maison de retraite pour leur donner un peu de lumière dans leur vie.

Elle est signe de partage aussi, c’est pourquoi, nous vous proposerons dans le cadre »10 millions d’étoiles » des bougies du Secours catholique pour recueillir cette flamme fragile, que vous êtes invités à entretenir.
Comment ?

Tout simplement en ayant pendant tout ce temps de l’avent une attention particulière envers la personne à qui vous l’offrirez, une visite , un petit mot gentil , un petit cadeau fait de ses mains….

en achetant une bougie vous vous engagez à la mettre sur le bord de votre fenêtre le soir de Noël , en ayant une pensée toute particulière dans vos prières pour les personnes seules, malades, sans toit.



La prière est la lumière de l’âme – St Jean Chrysostome

      La prière est la lumière de l’âme

« Le bien suprême, c’est la prière, l’entretien familier avec Dieu. Elle est communication avec Dieu et union avec lui. De même que les yeux du corps sont éclairés quand ils voient la lumière, ainsi l’âme tendue vers Dieu est illuminée par son inexprimable lumière. La prière n’est donc pas l’effet d’une attitude extérieure, mais elle vient du coeur. Elle ne se limite pas à des heures ou à des moments déterminés, mais elle déploie son activité sans relâche, nuit et jour.

En effet, il ne convient pas seulement que la pensée se porte rapidement vers Dieu lorsqu’elle s’applique à la prière; il faut aussi, même lorsqu’elle est absorbée par d’autres occupations – comme le soin des pauvres ou d’autres soucis de bienfaisance -, y mêler le désir et le souvenir de Dieu, afin que tout demeure comme une nourriture très savoureuse, assaisonnée par l’amour de Dieu, à offrir au Seigneur de l’univers. Et nous pouvons en retirer un grand avantage, tout au long de notre vie, si nous y consacrons une bonne part de notre temps.

La prière est la lumière de l’âme, la vraie connaissance de Dieu, la médiatrice entre Dieu et les hommes.

Par elle, l’âme s’élève vers le ciel, et embrasse Dieu dans une étreinte inexprimable; assoiffée du lait divin, comme un nourrisson, elle crie avec larmes vers sa mère. Elle exprime ses volontés profondes et elle reçoit des présents qui dépassent toute la nature visible.

Car la prière se présente comme une puissante ambassadrice, elle réjouit, elle apaise l’âme.

Lorsque je parle de prière, ne t’imagine pas qu’il s’agisse de paroles. Elle est un élan vers Dieu, un amour indicible qui ne vient pas des hommes et dont l’Apôtre parle ainsi: Nous ne savons pas prier comme il faut, mais l’Esprit lui-même intervient pour nous par des cris inexprimables.

Une telle prière, si Dieu en fait la grâce à quelqu’un, est pour lui une richesse inaliénable, un aliment céleste qui rassasie l’âme. Celui qui l’a goûté est saisi pour le Seigneur d’un désir éternel, comme d’un feu dévorant qui embrase son coeur.

Lorsque tu la pratiques dans sa pureté originelle, orne ta maison de douceur et d’humilité, illumine-la par la justice; orne-la de bonnes actions comme d’un revêtement précieux; décore ta maison, au lieu de pierres de taille et de mosaïques, par la foi et la patience. Au-dessus de tout cela, place la prière au sommet de l’édifice pour porter ta maison à son achèvement. Ainsi tu te prépareras pour le Seigneur comme une demeure parfaite. Tu pourras l’y accueillir comme dans un palais royal et resplendissant, toi qui, par la grâce, le possèdes déjà dans le temple de ton âme. »

Saint Jean Chrysostome (+407 Père de l’Église): Homélie du Ve siècle



Approche Ta Lumière de mon visage obscur

Seigneur, Dieu tout-puissant,
accueille avec douceur celui qui t’a rempli d’amertume.
Approche ta lumière de mon visage obscur.

Gloire, Bonté, Miséricorde, efface mes péchés, enlève mon fardeau.

De ton bras déployé protège le lieu de mon repos.
Conserve pur le souffle que tu as mis dans mon corps.
Donne-moi un doux repos au coeur de cette nuit profonde,
au nom de celle qui t’as mis au monde – la plus sainte des mères –
et au nom de tous les bienheureux.

Purifie mon regard, donne-lui douceur et transparence,
enveloppe-moi tout entier de ton espérance,
pour que je n’offre nulle prise aux tourments de la vie
et que je ne sois pas victime des puissances du rêve.

Veille, veille sur moi, pour qu’à nouveau m’arrachant au sommeil
je me renouvelle aux sources de ta joie
et puisse faire jaillir vers toi ma prières.
Car, dans les siècles des siècles,
c’est à toi seul que rendent gloire toutes les créatures.
Amen

Grégoire de Narek,
Xè siècle