Archives par mot-clé : coeur



« Notre cœur est sans repos tant qu’il ne demeure en Toi. » Saint-Augustin

J’ai pris place.

Je suis là, tel que je suis :
Avec ma joie et mes remerciements,
avec mes préoccupations et mes demandes,
avec mes plans et mes désirs,
avec ma souffrance et ce que je subis,
avec mes forces et ma réussite,
avec ma faiblesse et avec mes frontières
je suis assis devant toi, ô Seigneur.

J’apporte avec moi ceux qui sont proches de moi :
Famille, amis, voisins, collègues.

Je te remercie pour ceux qui sont avec moi :
Protège et bénis les.

Je te prie pour ceux qui ont besoin de ton aide :
Fortifie-les et accompagne-les.

Je pense à ceux, avec lesquels j’ai des problèmes :
Montre-nous le chemin de la réconciliation et une meilleure
compréhension réciproque.

« Notre cœur est sans repos tant qu’il ne demeure en Toi ».

Saint Augustin



La fête du Sacré Cœur – Conf. P. AUZENET

Miséricorde Divine – La fête du Sacré-Cœur – Conférence du Père Dominique AUZENET

Le message de Paray le Monial (1675).

Écoutez la conférence et téléchargez-en les textes:

Téléchargez les textes au format pdf:

pdf-téléchargez
Téléchargez
radio.mission-web.com
radio.mission-web.com

Retrouvez d’autres conférences du
Père Dominique AUZENET
sur www.radio.mission-web.com
ainsi que sur son site
http://d.auzenet.free.fr/form_00_formations.php



Sacré Coeur de Jésus – Prière de sainte Marguerite-Marie Alacoque

Prière de sainte Marguerite-Marie Alacoque (1647-1690)

O très amoureux Cœur de mon unique amour Jésus, ne pouvant vous aimer, honorer et glorifier selon l’étendue du désir que vous m’en donnez, j’invite le ciel et la terre de le faire pour moi ; et je m’unis à ces ardents séraphins pour vous aimer.

O Cœur tout brûlant d’amour, que n’enflammez-vous le ciel et la terre de vos plus pures flammes pour en consommer tout ce qu’ils enserrent, afin que toutes les créatures ne respirent que votre amour! Changez-moi tout en cœur pour vous aimer, en me consommant dans vos plus vives ardeurs.

O feu divin, ô flammes toutes pures du Cœur de mon unique amour Jésus, brûlez-moi sans pitié, consommez-moi sans résistance!

O amour du ciel et de la terre, venez, venez tout dans mon cœur pour me réduire en cendres!

O feu dévorant de la Divinité, venez, venez fondre sur moi! Brûlez-moi, consommez-moi au milieu de vos plus vives flammes, qui font vivre ceux qui y meurent. Ainsi soit-il.

Prière extraite de Vie et Œuvres, Paris, De Gigord, 1920 (4° éd.). Citée in Edouard Glotin, Prier à Paray-le-Monial, Paris, Desclée de Brouwer, 1996.



Ce qu’est le Coeur de Jésus – St Jean EUDES

      Ce très aimable Coeur de Jésus est une fournaise d’amour. Il aime son divin Père d’un amour éternel, immense et infini. Il aime sa Mère, et les grâces inconcevables dont notre Sauveur l’a comblée font voir manifestement que cet amour est sans mesure et sans borne. Il aime l’Église triomphante, souffrante et militante dont les sacrements – spécialement l’Eucharistie, abrégé de toutes les merveilles de la bonté de Dieu – sont autant de fontaines inépuisables de grâce et de sainteté qui ont leur source dans l’océan immense du sacré coeur de notre Sauveur. Il nous aime enfin tous et chacun comme son Père l’aime. C’est pourquoi il a tout fait et tout souffert pour nous délivrer de l’abîme de maux dans lequel le péché nous avait jetés et pour faire de nous des enfants de Dieu, des membres du Christ, des héritiers de Dieu, des cohéritiers du Fils, possédant le même royaume que le Père de Jésus a donné à son Fils.

      Nos devoirs envers cet aimable Coeur sont de l’adorer, de le louer, bénir, glorifier et remercier, de lui demander pardon de tout ce qu’il a souffert pour nos péchés, de lui offrir en réparation toutes les joies qui lui ont été données par ceux qui l’aiment.

St. Jean EUDES (+1680)



Ton coeur a toujours quelqu’un qui l’écoute – St Augustin

      Dieu aussi a ses oreilles, comme le coeur a sa voix. C’est tout ce qui est en lui que le prophète exhorte à bénir le Seigneur quand il dit: Que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom (Ps 102, 1). Que ta voix s’élève, si c’est un homme qui doit entendre; qu’elle se taise, si nul n’est là pour entendre; mais ton coeur a toujours quelqu’un qui écoute.

      Notre bouche a donc fait retentir cette bénédiction, quand nous avons chanté ces paroles: Bénis le Seigneur, ô mon âme, et tout ce qui est en moi bénisse son saint nom. Nous y avons mis le temps qu’il fallait, puis nous avons gardé le silence; mais dans notre coeur, la louange de Dieu doit-elle donc se taire? Que le son, de fois à autre, se fasse entendre, mais que la voix intérieure soit sans fin. Quand tu es venu à l’église réciter une hymne, ta voix a fait retentir la louange de Dieu; tu as parlé selon ton pouvoir, et tu t’es ensuite retiré; mais que ton âme chante sans cesse la louange de Dieu. Es-tu occupé d’une affaire? que ton âme bénisse le Seigneur. Prends-tu de la nourriture? écoute cette parole de saint Paul: Soit que vous mangiez, soit que vous buviez, faites tout pour la gloire du Seigneur (1Co 10, 31).

S. Augustin d’Hippone (+ 430)
Père de l’église



Un coeur ardent – St Jean Eudes

      Qui me donnera que tous les coeurs et toutes les langues crient avec moi: « Vive Jésus et Marie! Vive le très aimable Coeur de Jésus et de Marie! Vivent tous les coeurs qui aiment et honorent ce Coeur admirable! »
      Ô rêve de ma vie, que mon coeur meure à toute autre vie et qu’il vive de votre vie, qu’il soit animé de votre Esprit, qu’il soit embrasé de votre amour, afin que les désirs de mon sauveur s’accomplissent:

Je suis venu apporter le feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il brûle! (Lc 12, 49)

      Ne craignez pas ce feu, il consumera vos liens et vous établira dans la liberté des enfants de Dieu; il vous transformera en ce feu divin; vous devez être tout de feu, comme Élie, et tout de flamme, comme Saint Jean Baptiste, ardent intérieurement, luisant extérieurement; ardent en oraison, luisant en action; ardent par l’amour que vous devez avoir pour Dieu, luisant pour la charité que vous devez avoir pour le prochain.

S. Jean EUDES (+1680)      



« Revenez à moi de tout votre coeur » (JoëI 2, 12) – Saint Bernard

       « Convertissez-vous, dit le Seigneur, de tout votre coeur. » Frères, s’il avait dit: « Convertissez-vous » sans rien ajouter, peut-être aurions-nous pu répondre: c’est fait, tu peux nous prescrire autre chose. Mais le Christ nous parle ici, si je comprends bien, d’une conversion spirituelle qui ne se fait pas en un seul jour. Puisse-t-elle même s’achever au cours de cette vie! Fais donc attention à ce que tu aimes, à ce que tu crains, à ce qui te réjouit ou à ce qui te contriste et tu verras parfois que, sous l’habit religieux, tu restes un homme du monde. En effet, le coeur est tout entier dans ces quatre sentiments et c’est d’eux, je pense, qu’il faut entendre ces paroles: « Convertissez vous au Seigneur de tout votre coeur. » Que ton amour se convertisse de sorte que tu n’aimes rien sinon le Seigneur ou bien que tu n’aimes rien que pour Dieu. Que ta crainte se tourne aussi vers lui car toute crainte qui nous fait redouter quelque chose en dehors de lui et non pas à cause de lui est mauvaise. Que ta joie et ta tristesse se convertissent à lui; il en sera ainsi si tu ne souffres ou ne te réjouis qu’en lui. Si donc tu t’affliges pour tes propres péchés ou pour ceux du prochain, tu fais bien et ta tristesse est salutaire. Si tu te réjouis des dons de la grâce, cette joie est sainte et tu peux la goûter en paix dans l’Esprit Saint…

Saint Bernard (1091-1153)



Acte de consécration au Coeur Immaculé de Marie

Ô Coeur Immaculé de Marie, débordant de bonté…

Ô Coeur Immaculé de Marie,
Débordant de bonté,
Montre-nous ton amour pour nous.
Que la flamme de ton Coeur, ô Marie,
Descende sur tous les peuples.
Nous t’aimons immensément.
Imprime en nos coeurs un véritable amour.
Que notre coeur languisse de toi.
Ô Marie, douce et humble de coeur,
Souviens-toi de nous, quand nous péchons.
Tu sais que nous, les hommes,
Nous sommes pécheurs.
Par ton Coeur très saint et maternel,
Guéris-nous de toute maladie spirituelle.
Rends-nous capables de regarder
La bonté de ton Coeur maternel,
Et qu’ainsi nous nous convertissions
À la flamme de ton coeur.
Amen.



Acte de consécration au Sacré-Coeur de Jésus

Ô Jésus, nous savons que tu es doux…

Ô Jésus, nous savons que tu es doux, (Mt 11, 29)
Que tu as donné ton coeur pour nous,
Il a été couronné d’épines par nos péché.
Nous savons qu’aujourd’hui encore, tu pries pour nous,
Afin que nous ne nous perdions pas.
Jésus, souviens-toi de nous si nous tombons dans le péché.
Par ton coeur très saint,
Fais que nous nous aimions tous les uns les autres.
Fais que disparaisse la haine entre les hommes.
Montre-nous ton amour.
Tous, nous t’aimons.
Et nous désirons que tu nous protèges,
Avec ton coeur de bon pasteur.
Entre en chaque coeur, Jésus!
Frappe à la porte de nos coeurs.
Sois patient et tenace avec nous.
Nous sommes encore enfermés en nous-mêmes,
Car nous n’avons pas compris ta volonté.
Frappe sans relâche, ô Jésus,
Fais que nos coeurs s’ouvrent à toi,
Au moins en nous souvenant de la passion
Que tu as soufferte pour nous.
Amen.



Un maître doux et humble de coeur – S. Jean Chrysostome

      Le Christ est pour nous, aujourd’hui encore, un maître plein de douceur et d’amour. Il ne cesse jamais de prendre soin de notre salut. Il le déclare nettement dans l’Évangile: Venez à moi, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur (Mt 11, 28-29). Qu’elle est grande la bienveillance du créateur! Comment la créature n’est-elle pas saisie de stupeur? Venez à moi, devenez mes disciples le Maître est venu consoler ses serviteurs déchus.

      Voyez comme il agit. Il se montre compatissant pour le pécheur qui mérite pourtant ses rigueurs. La race de ceux qui déchaînent sa colère devrait être anéantie, mais il adresse aux hommes coupables des paroles pleines de douceur: Venez à moi, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur.

S. Jean Chrysostome (+407)
Archevêque de Constantinople