Archives par mot-clé : foucauld



Fais de moi ce qu’il te plaira – Charles de Foucauld

Mon Père, je m’abandonne à toi,
fais de moi ce qu’il te plaira.
Quoi que tu fasses de moi, je te remercie.
Je suis prêt à tout, j’accepte tout.
Pourvu que ta volonté se fasse en moi,
en toutes tes créatures,
je ne désire rien d’autre, mon Dieu.
Je remet mon âme entre tes mains.
Je te la donne, mon Dieu,
avec tout l’amour de mon coeur,
parce que je t’aime,
et que ce m’est un besoin d’amour
de me donner, de me remettre entre tes mains
sans mesure, avec une infinie confiance
car tu es mon Père.

Charles de Foucauld (+1916)



Du courage – B. Charles de Foucauld

      Jésus: « Souvenez-vous du courage avec lequel, au milieu même de mes ennemis pendant même qu’ils complotaient pour me perdre, j’ai proclamé, à leur face, la criant bien haut, la doctrine de la vérité, et ces vérités même que je savais leur être les plus odieuses, les plus insupportables…

      Souvenez-vous avec quel courage, j’ai fait devant eux, au milieu d’eux, ces miracles, ces guérisons, ces actes qui les transportaient de rage et leur faisaient jurer ma mort… Je l’ai fait pour vous, pour votre bien, afin de prêcher la vérité bien haut et afin de donner, à tous les hommes, une leçon de courage dans l’accomplissement de la charité.

      Souvenez-vous de l’exemple que je vous donne. Criez, semez, prêchez; faites-le pour m’obéir; faites-le avec une joie d’autant plus douce qu’en le faisant, non seulement vous m’obéissez, mais vous m’imitez…

      Qu’on vous écoute ou qu’on ne vous écoute pas, prêchez toujours, et priez toujours pour que vos paroles apportent du fruit; si elles n’en apportent pas, continuez sans tristesse ni découragement, avec une certaine joie de cet insuccès, puisque, n’ayant pas de succès, vous partagez mon sort. »

B. Charles de Foucauld (+ 1916)



Ne pas juger – B. Charles de Foucauld

      Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés; ne condamnez pas […]. Pardonnez et Dieu vous pardonnera […]. Ne regardez pas la paille de votre frère mais votre poutre (Lc 6, 37.42).

Tous ces commandements sont des commandements de charité et ils ne peuvent vous étonner si vous comprenez bien une fois pour toutes que tous les hommes ne font ensemble qu’une seule et même famille dont Dieu est le Père commun, créateur, conservateur, Père de tous de la même manière: il aime tous les hommes incomparablement plus que le père le plus tendre n’aime ses enfants… et il veut que parmi ces fils et ces filles tous sans exception si tendrement aimés règne cette concorde, cet amour, cette tendresse, au besoin cette indulgence et cette douceur toujours prête à céder. Gardez toujours toutes ces prescriptions et ayez au fond de l’âme gravé profondément ce principe, d’où toutes découlent, que tous les hommes sont vraiment, véritablement frères en Dieu, leur Père commun, et qu’il veut qu’ils se regardent, s’aiment, se traitent en tout comme les frères les plus tendres.

B. Charles De Foucauld



Pour toutes mes fautes

Mon Dieu, pardon, pardon,
pardon de ma tiédeur, pardon de ma lâcheté, pardon de mon orgueil,
pardon de mon attachement à ma volonté propre,
pardon de ma faiblesse et de mon inconstance,
pardon du désordre de mes pensées,
pardon de me souvenir si peu, parois, que je suis en ta présence.
Pardon, pardon, pardon de toutes mes fautes, de toutes les fautes de ma vie…

Merci de toutes tes grâces, mon Dieu!
merci, merci, merci!
Mon Dieu, secours-moi,
secours celui que tu as comblé de tant de dons afin qu’il fasse pleinement ce que tu attends de lui…

Mon Dieu, convertis-moi! Mon Dieu, convertis-moi!
Convertis-moi, mon Dieu! au nom de notre Seigneur Jésus Christ.

Toi qui peux transformer des pierres en enfants d’Abraham,
toi qui peux tout en moi, convertis-moi, Seigneur.
Donne-moi le bon esprit, la sagesse, que tu as promis de donner à ceux qui les demanderaient.

Convertis-moi, et fais que je te glorifie le plus possible jusqu’à mon dernier soupir et pendant l’éternité.
Je te le demande au nom de notre Seigneur Jésus Christ.
Amen, amen, amen

Charles de Foucauld,