Archives par mot-clé : Marillac



Signe de la Providence – St Vincent de Paul

      C’est une belle chose de lire ce qui est rapporté de la belle-mère de saint Pierre dans l’Évangile (Lc 4, 38-44). Cette bonne femme, étant malade d’une fâcheuse fièvre, entendait dire que notre Seigneur était en Capharnaüm, qu’il faisait de grands miracles, guérissant les malades, chassant les diables des possédés, et autres merveilles. Elle savait que son gendre était avec le Fils de Dieu et pouvait dire à saint Pierre: « Mon fils, votre maître est puissant et a le pouvoir de me délivrer de cette maladie. » Quelque temps après, voilà que notre Seigneur vint dans sa maison, où elle ne témoigne point d’impatience pour son mal; elle ne se plaint point, elle ne prie point son gendre, non pas même notre Seigneur, car elle lui pouvait dire: « Je sais que vous avez la puissance de guérir toutes sortes de maladies, Seigneur; ayez compassion de moi. » Pourtant elle ne dit rien de tout cela, et notre Seigneur, voyant son indifférence, commanda à la fièvre de la quitter; et au même instant elle fut guérie.

      Dans toutes les choses fâcheuses qui nous arrivent, ne nous mettons point en peine, abandonnons tout cela à la Providence et qu’il nous suffise que notre Seigneur nous voit et sait ce que nous endurons pour son amour et pour imiter les beaux exemples qu’il nous a donnés, particulièrement au jardin des Oliviers, lorsqu’il accepta le calice, pour nous exciter à l’indifférence; car, bien qu’il demandât qu’il passât, si faire se pouvait, sans qu’il le bût, il ajouta aussitôt que la volonté de son Père soit faite.

St Vincent de Paul (+1660)
a fondé avec Louise de Marillac les Filles de la Charité.
Il fut aussi formateur de prêtres et fonda la société des Prêtres de la Mission (Lazaristes)