Archives par mot-clé : Marie



Le règne de Dieu est tout proche de vous – S. Cyrille d’Alexandrie

      Le Seigneur avait choisi douze disciples et les avait appelés Apôtres; puis il en avait désigné soixante-dix autres et les avait envoyés le précéder et pénétrer avant lui dans tous les villages et les bourgs de Judée, en le proclamant, lui et ce qui le concerne. Il les envoya, bien pourvus des qualités apostoliques, et les présenta, gratifiés du don d’agir reçu de l’Esprit Saint. Il leur avait donné sur les esprits impurs assez de pouvoir pour les chasser. Ces disciples, après avoir accompli beaucoup de signes, sont revenus en disant: Seigneur, les démons eux-mêmes nous sont soumis en ton nom (Lc 10, 17). C’est pour cela que le Christ, parfaitement conscient que ses envoyés avaient fait du bien à beaucoup de gens et avaient éprouvé mieux que les autres sa propre gloire, fut rempli de joie et d’exultation. Étant bon, amoureux des hommes et désireux qu’ils soient tous sauvés, il s’est réjoui de la conversion des égarés, de l’illumination de ceux qui se trouvaient dans les ténèbres et du retour des ignorants et des révoltés à la connaissance de sa gloire…

S. Cyrille d’Alexandrie (+ 444)
Saint Cyrille, évêque d’Alexandrie et docteur de l’Église,
participa au concile d’Éphèse (431), qui donna à Marie le titre de « Mère de Dieu ».



SAINTE MARIE

Sainte Marie, Mère de Dieu,
gardez-moi un coeur d’enfant, pur et transparent comme une source.
Donnez-moi un coeur simple, qui ne savoure pas les tristesses;
un coeur magnifique à se donner, tendre à la compassion;
un coeur fidèle et généreux, qui n’oublie aucun bien, et ne tienne rancune d’aucun mal;
Donnez-moi un coeur doux et humble, aimant sans demander de retour,
joyeux de s’effacer dans un autre coeur devant votre divin Fils;
un coeur grand et indomptable, qu’aucune ingratitude ne ferme, qu’aucune indifférence ne lasse;
un coeur tourmenté de la gloire de Jésus Christ,
blessé de son amour et dont la plaie ne guérisse qu’au ciel!

Père de Grandmaison
Jésuite (+ 1927)



O NOTRE-DAME – Jean-Paul II

Notre-Dame de l’espérance, regarde-nous avec miséricorde.
Ainsi, Mère très sainte, avec la paix de Dieu dans notre conscience,
le coeur délivré de tout mal et de toute haine
nous pourrons porter à tous les hommes la joie et la paix.

Notre-Dame de la transparence, en toi et à travers toi Dieu nous parle:
donne-nous un coeur simple, remplis-nous d’allégresse,
O Vierge du Fiat et du Magnificat,
rends nos coeurs transparents comme le tien.

Notre-Dame de l’humilité,
cachée dans la foule, enveloppée dans le mystère,
aide-nous à porter la Bonne Nouvelle au monde
et à nous immerger dans le mystère du Christ
pour en communiquer quelque chose à nos frères.

Notre-Dame de la fidélité,
toi qui sans cesse « recherchais le visage du Seigneur »,
toi qui as accepté le mystère et qui l’as médité dans ton coeur,
toi qui as vécu en accord avec ce que tu croyais,
toi qui fus l’exemple même de la constance
dans l’épreuve comme dans l’exaltation,
aide-nous à tenir nos engagements, en bons et fidèles serviteurs,
jusqu’au dernier jour de notre vie sur la terre.

Jean-Paul II



Pour le temps de la maladie

Ô mon Dieu et mon Sauveur, toi qui as supporté pour moi de si grandes souffrances avec patience et force,
donne-moi le courage, si je dois passer par de telles épreuves, de les supporter avec patience.

Obtenez-moi cette grâce, Vierge Marie,
vous qui avez vu votre Fils souffrir et qui avez souffert avec lui, de pouvoir m’associer, lorsque je souffre, à ses souffrances et aux vôtres, et d’obtenir ainsi, grâce à sa passion, grâce à vos mérites et à ceux de tous les saints,
d’être racheté pour la vie éternelle.

Cardinal Newman
(+ 1890)